Mariage à Val

mardi 12 août 2008

Je sais,

Je sais que j'ai du retard, mais je suis un peu... débordée.
Je pense que je terminerai de répondre une fois rentrée chez moi, soit à partir du 18.

Posté par mariageaval à 01:18 - Commentaires [5] - Permalien [#]

lundi 4 août 2008

C'est toi qui m'en as donné l'idée....

"Ne pas plier", ça intrigue.
On a envie d'ouvrir de suite.

MAP a toujours rendu des défis illustrés (parfois avec seulement des images et quelques lignes dessus ou au dessous). Je me doutais bien que ta participation serait illustrée, mais là...

"Ne pas plier", en effet.
Deux textes illustrés, du pur MAP, mais...
Vous avez vu les deux pages colorées et poétiques ici même. Moi, eh bien je vais pouvoir les encadrer!

Merci, MAP! J'ai été vraiment touchée par cet envoi...

MAP, toi que je ne connais que parce que tu veux bien ecrire sous les billets des uns ou des autres...

MAP, ta participation m'a donné une idée que j'aime bien. Avec Manu, quand nous avons découvert ta participation, nous nous sommes dit que nous allions encadrer tes deux illustrations pour les accrocher dans le bureau (en instance d'ammenagement).
Nous irons plus loin.

Le bureau familial sera en fait plutôt le mien... Nous allons regrouper tous les courriers, cartes postales, mots, illustrations, trefles à quatres feuilles et petales de fleurs sur un grand panneau... pour le bureau.

Merci, MAP...

Posté par mariageaval à 15:20 - Commentaires [4] - Permalien [#]
samedi 2 août 2008

Bon, bon!

Des photos prises à la va-vite, mais puisque certaine insiste... je m'exécute!

Le panier est là, dans notre chambre... tout prés du lit. Il sent encore! C'est incroyable, comme ça sent bon et longtemps, le pain d'épices.
P1010586          

ça : li et puis ça : pe c'est dans le pan1  . Le reste est

dans la pochette.

Qu'y a-il dans la pochette?

Photos en vrac!

c1 et puis C2 et aussi c3 et encore C4 et également C5 .

C'est pas fini! Il y a encore ceci: C6, et même encore ceci : C7.

Incroyable, non? Il en reste! C8

Il y a même des petits mots qui ne me sont pas adressés. Je le remettrai à leur unique destinataire sous peu.
Photo pour le faire patienter:pap




Posté par mariageaval à 23:59 - Commentaires [7] - Permalien [#]

Du bonheur, du bonheur, et encore du bonheur !

Voici ce que m’a promis la compagnie « Bonheur & Co ». Cette compagnie se décrit comme étant une entreprise unipersonnelle à but non lucratif (et on la croit !) experte en bonheur (et là encore on la croit !).

De la même façon que tous, vous avez confié vos courrier à Papistache, « Bonheur & Co » a choisi Sandrine comme représentante officielle sur la planète terre, et on l’en remercie vivement.

Par je ne sais quel pouvoir surnaturel qu’il serait vain de chercher à comprendre, l’entreprise experte en bonheur gratuit (et offert) a su que de ma vie je n’avais jamais trouvé de trèfle à quatre feuilles. Elle a donc mandaté Sandrine pour remédier à ce manque, qui m’en a gentiment envoyé une douzaine. Oui, une douzaine ! Tous vrais, tous à quatre ou cinq feuilles. Je pense qu’avec douze, même mes arrières petits enfants seront heureux à vie !

Les trèfles sont tous certifiés, je cite , « sans arômes artificiels, sans colorants ni conservateurs, et sont surtout garantis 100% bonheur à vie… ».

Comme j’ai lu que notre messagère, certainement trop préoccupée par la tâche qui lui a été confiée, à omis de vous faire parvenir une copie, je mettrai des photos si elle le permet. En attendant, je veux bien décrire quelque peu le courrier.

Une très grande carte à quatre volets… remplie de bonheur…

Une jolie coccinelle qui avance en direction des trèfles…

Non ! J’vous montrerai !

Sandrine, ça sera certainement un peu de ta faute, si je suis heureuse à vie…

Posté par mariageaval à 21:19 - Commentaires [7] - Permalien [#]
vendredi 1 août 2008

Ah ! Papistache !

(Sous un ciel orageux du Perche)

Oui, je sais. La lettre est adressée à Manu. Je lui ai proposé de venir ici vous répondre mais il m’a demandé de le faire pour lui. Oh, ne vous en vexez pas. Sachez que je rédige les courriers que nous adressons à sa maman, alors…Et puis, il a peut-être eu envie de le faire, mais il n’a pas voulu me priver de ce plaisir, si ça se trouve. Il sait que j’en mourais d’envie !

Une lettre adressée à Manu… Vous êtes un original. Alors je me doutais bien que votre participation serait différente, d’une façon ou d’une autre. Mais j’avoue que l’idée était bonne (même si j’ai été un peu déçue quand même !).

Avant de commencer la rédaction de cette réponse, je me suis dit : « Comment vais-je faire pour à mon tour l’embêter un brin ? ». J’ai tout d’abord songé à adresser ma réponse à Mamoune, et puis je me suis dit que ça n’allait pas vous embêter du tout. D’autant plus qu’un truc tordu comme l’épouse qui répond à la place du mari au mari mais en passant par l’épouse ça aurait même pu vous amuser.

J’ai ensuite pensé à écrire en tout petit exprès pour vous embêter, mais si vous aviez renoncé à la lecture du billet c’est moi qui aurait été la plus embêtée.

Alors, je me suis dit que je n’allais rien faire du tout pour vous embêter !

Papistache, je ne vous dirai pas encore « merci » pour tout cela… l’idée, ce blog, les courriers, votre présence à notre mariage... Oh ! Et puis si ! Une dernière fois et après j’arrête ! MeRcI ! Je suis vraiment bluffée par ce que vous avez fait…Vous êtes quelqu’un de surprenant.

Ah ! Oui ! La lettre ! Avant que je ne me perde dans les dix milles merci que j’ai envie de vous dire…

Enveloppe découverte dimanche matin pas nous deux. Oh ! Ce n’était pas la peine d’écrire « Papistache », sur l’enveloppe ! J’ai tout de suite su que c’était la votre, et pas pour l’écriture (enfin, je l’ai reconnue aussi, mais…). Quand j’ai lu « Pour Manu », j’ai su que c’était vous !

Le lendemain, quand j’ai trouvé le temps de lire tous les courriers, Manu m’a laissé lire votre lettre. Mais je ne lui ai pas lu. Il a préféré la lire lui-même.

Dites, vous l’avez écrite avec un porte-plume ? Nous allons même pouvoir vous répondre de la même façon. Demandez à Caro Carito !

Je ne vais pas parler du contenu. Après tout, elle ne m’est pas adressée, cette lettre.

Papistache, oui nous serons en famille quand nous nous (re)verrons.

Posté par mariageaval à 12:01 - Commentaires [8] - Permalien [#]

jeudi 31 juillet 2008

Cher Walrus,

Si je m’attendais à ça !
Pas du tout, figurez-vous ! Si j’avoue que j’étais à peu prés certaine de recevoir une lettre de la part de quelques blogamis, je n’aurais jamais parié sur votre participation.
Vous souvenez-vous qu’un jour, je vous ai demandé, chez vous, pourquoi vous ne participiez pas à nos défis du samedi (en réalité c’était une manière détournée de vous y inviter. J’aime vous lire ! ). Vous m’aviez répondu que vous n’aimiez pas les défis et que vous n’aviez rien à prouver. Si, si ! J’ai une bonne mémoire, en général…

Alors, pourquoi celui-ci ? Ne me répondez pas, votre réponse risquerait de me gâcher ma joie. Je préfère penser que c’est pour moi.

Vous imaginez bien quelle fut ma surprise en découvrant votre enveloppe. Sans l’ouvrir ! (Qui d’autre que vous cumule ces deux critères : belge + homme ?) . Vous aviez mis votre adresse au dos…

Merci, rien que pour la surprise de votre participation, Walrus.

Figurez-vous que « Manu Ciao », eh bien non, on ne lui avait jamais fait ! Comme quoi…

Bon, vous savez, maintenant, pour le bouquet … En  revanche, j’avoue qu’effectivement, je n’y avais pas songé. Vous avez gagné le pari, en réalité. En fait, je n’ai vu mon bouquet qu’une heure avant le mariage. C’est la maman de Manu qui l’a choisi. Ce devait être une surprise. Dans le cahier des charges, j’avais juste demandé quelque chose d’original. Contrainte respectée avec brio, je trouve. J’ai été agréablement surprise en découvrant mon bouquet. Mais, je suppose que ma belle-maman ne l’a pas choisi à cause des lettres… elle n’était même pas au courant. Peut-être plutôt pour les enfants, comme l’indique Papistache… Qui parmi nos proches ne sait pas à quel point ma fille est collée à mes jupes ?


Oh ! Une dernière chose, Walrus : Comme votre papier à lettres est joli !

peta Les voici, les pétales pris au vol.

Posté par mariageaval à 23:33 - Commentaires [5] - Permalien [#]

Le reste du monde

monde

Posté par mariageaval à 13:03 - Commentaires [6] - Permalien [#]

C’est de l’art !

De l’art, ces quatre courriers ! C’est excellent !

D’ailleurs, promis, je rajouterai quelques photos. Papistache ne me contredira pas : ça vaut le coup d’œil !

J’ai été bluffée par les courrier de Miss-ter. Et je ne suis pas la seule !

Et puis… (oh ! Je balance !) j’ai reçu un courrier de l’artiste, qui s’excuse presque parce qu’elle trouve les courriers (je cite) NULS !

Miss-ter, tes courriers, s’ils sont nuls, que reçoivent alors ceux à qui tu en envoies des bien ?

Si, avec Manu, on se refuse à choisir notre courrier préféré (de toute façon on ne pourrait pas faire un choix !), tu es la première dans le classement de mon beau papa. Et ça, c’est chouette, non ? Il a adoré ! Et crois-moi, avoir les faveurs de mon beau père, c’est sympa comme tout (j’en sais quelque chose). Ça peut même rendre Manu gentiment jaloux à l’occasion.

J’espérais recevoir un courrier de toi. Oui… j’espérais. J’étais impatiente… Je me doutais que je recevrais des choses sympas. C’est toi la reine de l’art postal.

Le texte que tu as donné en guise de participation, il me plait beaucoup. C’est le genre de texte qu’on aimerait (je suis certaine de ne pas être la seule !) lire chez toi… enfin sur ton blog (quoique, chez toi, ça doit être sympa aussi…). Mais tant pis. Nous continuerons à te lire chez Papistache. Mouarf !

Personnellement, j’ai un petit faible pour le trousseau de la couturière. Qu’on se le dise : je sais coudre aussi bien que toi ! Je me suis déjà dévoilée : il en est de même pour la pâtisserie ! Je pense qu’à une autre époque (pas si vieille, du moins dans nos campagnes) je n’aurais pas trouvé de mari…

Heureusement que les temps ont changé, n’est ce pas ?

Merci pour cette superbe participation, Miss ter. Vraiment, nous avons découvert tes quatre courriers le sourire aux lèvres.

Bravo l’artiste !

Posté par mariageaval à 00:42 - Commentaires [7] - Permalien [#]
mercredi 30 juillet 2008

Elle a menti....


Kloelle, tu imagines bien qu’au matin du dimanche j’ai tout de suite reconnu ton écriture. Oui, ton écriture ! Et ne me réponds pas que ton mot n’était pas manuscrit ! Je ne te parle pas de graphologie !

J’ai lu, dans les commentaires sous ton défi : « Du pur Kloelle ». C’est exactement ça.

Pour ma réponse, j’ai plutôt envie d’évoquer le reste… l’envers, quoi ! Tout ce que tu as envoyé mais que tu n’as pas montré.

Kloelle, tu n’as pas été très sage. Et puis aussi, tu as menti. J’ai lu, dans ton colis : « je n’ai jamais su choisir les cadeaux de mariage ». Je vais te faire mentir ! (Même si je devrais plutôt me fâcher ! ).

Ah ! Au fait ! Avant que j’oublie : merci pour le LOL manuscrit. J’aurais peut-être été déçue de recevoir un courrier de toi sans un vrai LOL écrit de ta main. Qu’il est doux, ton LOL à toi…

Si nous ne pourrons visionner le film qu’une fois de retour à la maison, tu penses bien que j’ai déjà ouvert le livre plusieurs dizaines de fois. Qu’est ce que tu me connais bien ! Que je l’aime, ce bouquin ! Il va certainement meubler tous nos trajets en voiture pendant les vacances. Il est déjà mon livre de chevet (qui m’empêche de dormir !).

Il contient tout ce que j’aime. D’ailleurs, si tu es d’accord, j’aimerais en partager quelques pages avec me lecteurs récalcitrants. Sur mon blog….A défaut de remporter un franc succès, ces billets divertiront au moins Papistache !

Qu’est ce que tu me connais bien ! Comment as-tu su qu’un petit mot clandestin me ferait plaisir (égoïste que je suis ! Sandrine te le dira ! )

Qu’est ce que tu me connais bien !

Peut-être est-ce que je me trompe, mais…Est-ce que je me trompe, ou bien ?

Kloelle, je te soupçonne de lire entre les lignes. Ou bien de deviner des choses. Ou encore de tomber juste involontairement…(Je ne miserais pas sur la troisième hypothèse).

Un post-it avec une petite phrase somme toute très anodine (et peut-être involontaire, je me pose la question…) , mais…

Un post-it collé sur la couverture du livre…

Une phrase à double sens ? Ou… je me fais des idées ? Un clin d’œil, c’est certain… mais … ? 

Peut-être cette petite phrase gentille tu ne t’en souviens même plus !

Ça n’a aucune importance. Sauf que nous, quand nous l’avons lue, avec Manu, elle nous a fait sourire, et nous l’avons pris comme un clin d’œil malicieux. 

Quand on écrit, c’est pas à toi que je vais l’apprendre, on est surpris parfois de voir que c’est tel ou tel petit bout de phrase qui a retenu l’attention des lecteurs, ou qui les a émus, ou amusés. On ne peut pas prévoir à l’avance.

Les lecteurs que nous sommes, Manu et moi, ont tout particulièrement aimé cette petite phrase écrite au stylo sur un post-it collé sur la couverture d’un livre apprécié.

Depuis, nous pensons que tu as un don…

Posté par mariageaval à 00:03 - Commentaires [5] - Permalien [#]
mardi 29 juillet 2008

M comme … Madeleine

M comme Mariage, mais aussi comme Mamoune, et comme Michèle.

Évidement, j’aurais pu faire le choix de répondre à vos défis dans l’ordre auquel ils ont été postés, mais… la participation de Mamoune, je l’ai découverte (du moins une partie) en premier. Avant même d’ouvrir le panier, alors…

Bon, je commence par le négatif, pour ne pas terminer la note sur une petite amertume. Ce sera fait et après j’oublierai. Oh, rien de grave, mais… Il se trouve que quelques enfants ont carrément croqué dans quelques cœurs. Oh ! Je me doute que ça devait être tentant… Z’ont pas pu résister. Dommage… les grands n’auraient pas dû poser le panier à portée de petites bouches dévoreuses.

Nous n’avions pas songé une seule seconde à les manger (auquel cas on aurait partagé volontiers… ). Il manque trois lettres. La terre ne s’arrêtera pas de tourner. N’empêche, ça nous a tout de même chagrinés. On imaginait déjà…Non ! Restent deux mains et puis le message fait de cœurs. Les trois lettres manquantes ne suffisent pas à le brouiller. N’en parlons plus…

Mais comme on peut toujours trouver du bon dans le mauvais, je peux vous dire, Mamoune, que ça avait l’air vraiment très bon. Les petits ogres n’ont pas vraiment apprécié qu’on leur confisque le trésor qu’ils avaient trouvé. Et ça, c’est une preuve irréfutable !

Alors ? Mais c’est qui, cette Madeleine ? J’y viens ! La madeleine, c’est la participation de Mamoune.

« Sauf ton respect, Val, tu te trompes. Point de madeleines, mais du pain d’épice ! Personne n’a pensé à t’offrir des leçons de pâtisserie, pour ton mariage ? ».

Non, mais… je parlais de madeleine comme les madeleines de Kloelle. (Ben quoi ? Moi je préfère dire les madeleines de Kloelle ! C’est mon droit ! ).

Bon, bon ! Explications !

Le panier m’a suivie toute la journée. Il est resté l’après midi durant à l’arrière de la voiture des mariés. Et Dieu sait que nous avons roulé ! Papistache l’a dit, nous avons tout d’abord roulé jusqu’à un manoir à une dizaine de kilomètres de la mairie. Et puis, nous nous sommes éclipsés (Si, si ! On arrive à s’éclipser en voiture même le jour de son mariage !) pour une très très bonne raison, et avons roulé une vingtaine de kilomètres. Plus tard, nous avons fait un petit détour encore pour laisser Elisa, et enfin nous avons rejoint le reste des invités au repas.

Quel rapport ? J’explique !

Quand on est sollicités par plein de monde, qu’il fait chaud, qu’on a parlé, souris, pris la pose, embrassé… les trajets d’un point à un autre sont salvateurs. Comme des trèves. Ça fait du bien. Je garde un très bon souvenir de ces moments de répit passés en voiture. On respire un peu avant de revêtir à nouveau les costumes de scène. C’est un peu comme cela que je vois la chose.

« On croyait que vous n’en aviez pas mangé ! »

Mais non ! Mais non ! Voici les paroles prononcées par ma belle-sœur en montant dans la voiture après le vin d’honneur :

« Qu’est ce qui sent bon comme ça ? »

Hé hé ! Et encore… elle était devant ! Comme c’est agréable, l’odeur du pain d’épice ! Ils sentent encore (j’vous l’avais bien dit, qu’on les avait pas mangés !). Et moi, quand je rentre dans notre chambre à coucher (le panier y loge, lui aussi !) je repense automatiquement aux douces trêves entre deux tempêtes (aussi agréables fussent-elles).

Et ce n’est pas tout ! Devinez donc, un petit peu, et dites merci à Mamoune tous en cœur !

« Pourquoi ? »

Eh, bien… je ne sais pas si on le voit sur les photos : Le panier était fermé. J’ai déjà dit que les petits cœurs parfumaient à eux seuls la très spacieuse auto. Imaginez vos courriers… confinés dans le panier avec les deux mains. Si je mens, je vais en enfer. Vos lettres sont toutes parfumées au pain d’épice. Vos lettres sont aussi mes madeleines grâce à Mamoune.

Mamoune, finalement, c’est très bien que les enfants aient croqué quelques uns de vos cœurs. Je réponds aux participations écrites par des billets que je rédige. Logique ! Mais… ça, c’est un beau défi, pour sûr,  pour moi ! Légendez (heu… ben oui, quoi ! ça m’aurait été d’une grande utilité, des leçons de pâtisserie !)  quelque peu le billet en images posté par Papistache pour votre défi, et  je vais moi-même, une fois rentrée à la maison, rajouter les lettres disparues. Évidement, vous aurez des photos.

Et les mains ? Ah ! Les mains…. Intactes, odorantes, toujours emballées, et rangées dans le panier. Vous connaîtrez leur destinée quand nous seront rentrés à la maison.  On leur laisse la vie sauve, à elles aussi. Elle s’acclimateront à l’air marin …

Mamoune, samedi le ciel aurait pu rester nuageux que vous auriez réussi à frayer un chemin à l’un de ses rayons pour nous éclairer.

Michèle, samedi, vous avez fait de l’ombre au soleil.

 

Posté par mariageaval à 17:05 - Commentaires [6] - Permalien [#]